Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 00:03
La Dernière Fête

La Dernière Fête

 

Spectacle en russe avec surtitres en français

 

 

Dirk Opstaele propose un parcours rêvé à travers les cinq grandes pièces de Tchekhov : Ivanov, La Mouette, Oncle Vania, Les Trois sœurs, La Cerisaie. La Dernière fête, conçue par Kurt Bikkembergs, est un spectacle écrit pour le chœur, inspiré de mélodies populaires russes. Kurt Bikkembergs avait déjà signé en 2010 Galantes scènes, qui atteignit les 160 représentations. Du 19 au 26 janvier.

 

- Tableaux chantants - pour douze comédiens et chœur a cappella.

Conception et livret de Dirk Opstaele, librement inspirés de Ivanov, La Mouette, Oncle Vania, Les Trois Sœurs, La Cerisaie de Anton Pavlovitch Tchekhov (1860-1904).
 
Créé au Théâtre Graslin de Nantes, le 19 janvier 2014.

Direction musicale Xavier Ribes
Mise en scène et scénographie Dirk Opstaele
Costumes et accessoires Koen Onghena

Chœur d’Angers Nantes Opéra Direction Xavier Ribes
 
Ensemble Leporello

Andrea Bardos, Wim Danckaert, Charlotte Deschamps, Mieke Laureys
Gilles Le Roy, Koen Onghena, Vital Schraenen, Annelies Spanoghe
Elise Steenackers, Machteld Timmermans, André Van Leuven, Dieter Verhaegen
La musique de La Dernière Fête est une commande d’Angers Nantes Opéra et de l’Ensemble Leporello à Kurt Bikkembergs.
Coproduction Angers Nantes Opéra, Ensemble Leporello.

 

Nantes / Théâtre Graslin

dimanche 19, mardi 21, jeudi 23, vendredi 24, dimanche 26 janvier 2014

 

Angers / Grand Théâtre

jeudi 13, vendredi 14, dimanche 16 février 2014

en semaine à 20h, le dimanche à 14h30

 

 

 

 

« Ses souvenirs flambaient de plus en plus fort.
Il marcha longtemps dans la pièce
et les souvenirs se transformèrent en songes,
le passé se mêla, dans son imagination, à l’avenir.
 »

 
Tchekhov, La Dame au petit chien

 

 

L’œuvre foisonnante d’Anton Pavlovitch Tchekhov — plus de six cents textes publiés de 1880 à 1903 — fleurit de modernité sur le terreau d’une Russie déliquescente. Son écriture s’est nourrie de son histoire, ses parents fils de serfs, la violence d’un père religieux, la résignation d’une mère, l’enfer de la pauvreté. À ses propres tourments, jamais apaisés, Tchekhov mêle ceux de ces patients que son métier de médecin lui permet de confesser autant que de soigner, tourne en dérision les conservatismes de l’empire qui gâtent les esprits. Et quand son ami Maxime Gorki s’enflamme après Oncle Vania : « Je me suis mis à trembler d’admiration devant votre talent, et de peur pour les hommes, pour notre vie blême, misérable », il répond sans tarder : « Ma pièce n’est pas un drame, mais une comédie, et, par moments, même une farce ».

 

 

Cette farce humaine où les personnages restent confinés dans les vestiges d’un monde à l’agonie qu’ils craignent de fuir ou brûler, se retrouve dans Ivanov, La Mouette, Oncle Vania, Les Trois Sœurs, La Cerisaie, les cinq pièces maîtresses de Tchekhov. Un drame si profond, quasi semblable, qu’il semble se dupliquer, se poursuivre d’une œuvre à l’autre. Lorsque, à la demande d’Angers Nantes Opéra, Dirk Opstaele s’est mis à rêver d’un spectacle pour le chœur, une pièce unique, condensée, s’est donc imposée. Changeant d’histoire comme on change de costume, endossant plusieurs rôles comme les déguisements d’un même personnage, les comédiens de l’Ensemble Leporello parcourent la vingtaine d’actes de cette « tchekhoviade » au rythme des airs commandés par l’Opéra à Kurt Bikkembergs. Et tout devient musique, le chœur a cappella, les comédiens enchâssés dans ces tableaux chantants, les gestes eux-mêmes qui se répondent, se combinent, s’interfèrent, comme échappés d’une partition polyphonique.

 

 

Après Galantes Scènes, créé au printemps 2010, présenté vingt-deux fois dans les Pays de la Loire et plus d’une centaine de fois en Belgique et en France dans ses versions flamande et française, on sait le talent, iconoclaste et respectueux, de Dirk Opstaele pour réécrire, réinventer, s’approprier les classiques. Molière, Marivaux, Shakespeare et bien d’autres. Pour mieux retrouver la magie première du théâtre, ce lieu où, comme il le dit, « la vie de chacun donne la chance à des personnages du passé de revivre ». Plus que d’autres, Tchekhov permet à l’Ensemble Leporello et au chœur d’Angers Nantes Opéra d’offrir cette chance et de montrer, comme l’écrit Dirk Opstaele, que « nos espoirs et désespoirs, nos ardeurs et langueurs, nos beaux vœux et beaux feux... font partie d’un même drame, génération après génération ».
La Dernière Fête
La Dernière Fête
La Dernière Fête
La Dernière Fête
La Dernière Fête
La Dernière Fête
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 07:00
"Ils se marièrent et eurent beaucoup"

Ils se marièrent et eurent beaucoup

 

Philippe Dorin

 

Baiser volé


Un jeune homme pleure sa fiancée partie à l’autre bout du monde, lorsqu’une jeune fille passe par là. Elle le réconforte, l’embobine et lui vole un baiser. Fâché de s’être fait duper, il lui ordonne d’aller rendre ce baiser à celle qu’il aime. Un petit tour de danse et la voilà partie. Mais d’autres prétendants font leur apparition. Ils tentent, à leur tour, de s’approprier ce qui ne leur appartient pas…
Créé au Théâtre Durova, à Moscou, Ils se marièrent et eurent beaucoup est aujourd’hui repris dans une version bilingue avec des comédiens russes et français. « Nous souhaitons que ce spectacle reflète l’état d’esprit des premières séances de travail à Moscou, au printemps 2012 » déclarent l’auteur Philippe Dorin et la metteure en scène Sylviane Fortuny. Ici, pas de surtitres, mais des rebondissements de langue, des suites de petits duos, des mélanges de dialogues amoureux. En deux temps trois mouvements, on change de lieu, d’élu(e), de sujet. On se laisse transporter par toutes ces histoires de cœur, qui font tourner le monde.

Représentations
jeudi 22 mai à 20h30
vendredi 23 mai à 20h30
Le Grand T

 

Attention ! Le nombre de places disponibles est très limité !

Tarif B
+8 ans, en famille

Ils se marièrent et eurent beaucoup de Philippe Dorin est publié aux Éditions L’école des loisirs.

 

Avec
Elvira Akmaeva
Veronica Kim
Maria Pavlova
Sacha Skorynava
Julia Tarnikova
Evgeny Kasantsev
Evgeny Mishechkin
Vladimir Sedletskiy
(distribution en cours)

Mise en scène Sylviane Fortuny
Lumières Jean Huleu
Costumes Sabine Siegwalt
Musique Catherine Pavet
Traduction Rimma Genkina

Production Théâtre Durova Production déléguée Compagnie Pour ainsi dire
Coproduction Théâtre Paul Éluard-Choisy- le-Roi, MA scène nationale de Montbéliard
Avec le soutien du Centre culturel français de Moscou et de l’Institut français La compagnie Pour ainsi dire est subventionnée par le Ministère de la culture et de la communication-Drac d’Ile-de-France et le Conseil général du Val de Marne.
Le Théâtre Paul Eluard de Choisy le Roi soutient les projets de la compagnie de 2012 à 2014.
Un spectacle proposé dans le cadre des Rencontres théâtrales de printemps.

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 12:05

A Ancenis, le théâtre du Chiffon rouge interprète Tchekhov

du 6 au 12 juillet

 

Pour son spectacle estival annuel, la troupe de dix-huit jeunes comédiens a choisi de jouer cinq pièces courtes, dites « Plaisanteries » de l'auteur russe, dans une mise en scène de Michèle Fortunato. Les représentations auront lieu les 6 au12 juillet à 21 h à La Maison Neuve, un lieu charmant et inattendu au bord de la Loire. Prix libre.

 

Pour les réservations : 02 40 83 02 74

 

Tchekhov.jpg

 

Les comédiens du Chiffon rouge en répétition à la Maison-Neuve.

 

Cinq pièces courtes, dites « Plaisanteries » du dramaturge russe seront présentées par la troupe ancenienne du 6 au 12 juillet à la Maison-Neuve. Adaptation et mise en scène de Michèle Fortunato.

 

« Le Tché est de retour ! »

 

C'est le titre du nouveau spectacle autour d'Anton Tchekhov (1825-1898) que propose cet été la compagnie du Chiffon rouge. L'écrivain, dramaturge et nouvelliste russe fait partie des auteurs préférés de Michèle Fortunato. Elle a proposé à la troupe de travailler sur cinq pièces dites « Plaisanteries », courtes et drôles. « C'est un projet enthousiasmant. On va présenter de grands monologues :   Les méfaits du tabac  , une adaptation du  Chant du cygne  et trois autres pièces,       l'Ours (1888), Une demande en mariage (1888), et le Jubilé.   » Les dernières répétitions ont lieu cette semaine avec la même équipe, où l'on retrouve Yann Lefeuvre pour la scénographie et Michel Huard pour les lumières.

 

Humanité, légèreté, finesse...

 

Ce spectacle est forcément écrit avec un point de vue personnel admet-elle : « Je suis intéressée par la légèreté de l'auteur, atteint très jeune par la tuberculose, mort à 44 ans et dont la dernière volonté a été qu'on lui serve un verre de champagne ! » raconte Michèle Fortunato, sous le charme de la belle âme slave. Anton Tchekhov est plein d'humanité, sans jugement, mais doué d'un sens de l'observation très fin et d'une grande lucidité sur les gens. Il donne son regard sur l'humanité avec humour. « Il faut savoir qu'il s'est retrouvé responsable de famille très jeune. Il a été médecin avant de se tourner vers l'écriture. Il écrivait très vite et a été prolixe, puisqu'il a signé environ 600 nouvelles. Elles lui ont permis de vivre. Il appelait d'ailleurs  l'Ours, « sa vache à lait ». »


OEuvres de jeunesse

 

Sur l'affiche, une photo de Tchekhov jeune, clin d'oeil au choix de pièces écrites dans ses vertes années. Elles seront jouées par 18 comédiens d'une moyenne d'âge de 22 ans, issus de l'atelier théâtre qu'anime Michèle Fortunato à Saint-Florent-le-Vieil. « Ils se connaissent bien et ont joué ensemble les années précédentes » : Maxime Alloyer, Sylvain Antoine, Cléa Beccucci, Yacinte Cadot, Victoria Chéné, Pauline Cherré, Clément Delaunau, François Duclos, Mallory Duhamel, Lucas Dupuis, Thibault Fortunato, Baptiste Godard, Solène Huchet, Lucy Lalaut, Antinéa Lang, Lisa Oger, Louise Pellerin, Elodie Robert.

 

Cadre champêtre

 

Le site de l'île Verte étant indisponible, la troupe a investi la Maison-Neuve. Les représentations auront lieu dans ce charmant corps de ferme. Une centaine de places assises est prévue. Comme à l'habitude, l'entrée est laissée à l'appréciation des spectateurs.

 

Représentations du Tché est de retour d'Anton Tchekhov, les 6, 7, 8, 9, 10, 11, et 12 juillet, à 21 h, à la Maison neuve, route de la Rabotière, à 3 km d'Ancenis. Parcours fléché. Prix libre.

 

 

Le Chiffon Rouge à la sauce Tchekhov

 

 

 


 

 

 

 


24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 08:48

 

 

programme theatre 26 mai

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 02:40

Je veux voir Mioussov

 

Après FrouFrou les Bains, la cie ThéâtreRit vous convie à découvrir son nouveau spectacle!

mercredi, 3 avril 2013 à 20h30
jeudi, 4 avril 2013 à 20h30
vendredi, 5 avril 2013 à 20h30
samedi, 6 avril 2013 à 20h30
dimanche, 7 avril 2013 à 15h

6 et 12€
TÉL : 06 59 57 63 20

http://sallevasse.fr

 



"Cette magnifique comédie a fait le tour du monde. Forcément, tout le monde s’y retrouve dans ses situations et ses personnages décalés, mais ô combien proches de nous."

"Quiconque s'est reposé aux "Tournesols" ne peux plus mettre le pied sur un autre sol" Mais ce dimanche ne sera peut être pas de tout repos, où est passé Mioussov?

Alors trouver Mioussov, entre Quiprokov et Imbrogliev, c'est s'embarquer sans ceinture à bord d'un Tupolev!


"La pièce de théâtre "ДЕНЬ ОТДЫХА ("le jour de repos") écrit par Valentin Petrovitch Kataev en 1947. La pièce a été adaptée en Français en 1960 par Marc-Gilbert Sauvajon



Zaitsev, préposé aux travaux de réfection d'une crèche de Moscou, doit coûte que coûte rencontrer le camarade Mioussov pour lui faire signer un bon d'achat de peinture blanche.

Petit hic : le bureaucrate a choisi de passer son dimanche aux Tournesols, maison de repos accueillant prioritairement une clientèle "sélect". Pour Zaïtsev, il s'agit pourtant d'entrer dans l'établissement pour remplir sa mission. La première tentative est un échec. L'homme recourt alors à un stratagème qui consiste à se faire passer pour le mari de la célèbre Klava Ignatiouk, adulée par la presse après s'être fait décerner la médaille d'or de la promotion agricole.

Dans le même temps, le fameux Mioussov est abordé par Zoïa Doudkina, épouse d'un savant député et femme au tempérament romanesque. Elle vient pour le prévenir qu'elle l'a fait passer pour son amant afin de rendre son mari jaloux.

Puis la vraie Klava débarque et les choses se compliquent.
De là s'ensuit un enchaînement de quiproquos et de situations délirantes, au grand malheur de Mioussov qui va devoir définitivement faire une croix sur sa tranquillité. "

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le film  "Безумный день" (une folle journée)  qui a été tourné d'après cette pièce en 1956 (avec quelques modifications du scénario) :

Безумный день (1956)

 

 


 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.tvreze.fr/agenda/La-Compagnie-Nelly-DAVIAUD_ae109996.html

Valentin Kataïev

Валенти́н Ката́ев  

http://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%9A%D0%B0%D1%82%D0%B0%D0%B5%D0%B2,_%D0%92%D0%B0%D0%BB%D0%B5%D0%BD%D1%82%D0%B8%D0%BD_%D0%9F%D0%B5%D1%82%D1%80%D0%BE%D0%B2%D0%B8%D1%87

http://www.paperblog.fr/2290706/je-veux-voir-mioussov/

http://www.theatrotheque.com/web/article1468.html


http://www.youtube.com/watch?v=fd2111-3WNw&feature=related

"Mioussov, directeur général en chef du CUDMCEEMP, est venu se réfugier dans la maison
de repos « Les Tournesols », histoire de passer un dimanche en paix, au calme, loin du bruit.
Zaïtsev, qui désire lui faire signer un bon pour obtenir de la peinture qui servira à repeindre les
petits lits d’une crèche dont il prépare l’ouverture prochaine, vient l’y relancer. Mais, comme
on exige de lui des références avant de le laisser entrer, il se voit contraint de se faire passer
pour le mari de la célèbre Klava Igniatiouk, ingénieur agronome émérite.
Bien sûr, celle-ci arrive pour y retrouver son mari, qu’elle n’a pas vu depuis 18 mois et qui
revient d’une expédition au Pôle Nord, où l’a envoyé sa hiérarchie le jour même de leur
mariage. Un mari impatient et fiévreusement jaloux.
Pendant que Zaïtsev cherche Mioussov, celui-ci se dérobe comme il le peut d’une
incandescente Zoïa Doudkina, avec qui il a fait une innocente promenade, mais qui, pour le
récompenser, lui fait craindre l’arrivée d’un mari jaloux comme au temps des preux chevaliers,
avec force promesse de combat singulier.
Accompagnés de tout le personnel de l’établissement, Directrice, Médecin, Infirmière, Portier,
qui chacun à leur tour comprendra se qu’il veut de toutes ces histoires… nos protagonistes
auront bien du mal à démêler les imbroglios dans lesquels ils se sont eux-mêmes installés."

**********************************************

Texte en russe à lire en ligne ou à télécharger :

http://www.gramotey.com/books/1269069944.htm
http://www.gramotey.com/?open_file=1269069944

ПРИМЕЧАНИЯ
   ДЕНЬ ОТДЫХА
   Водевиль написан в 1940 году. После войны автор вернулся к пьесе и переработал ее, создав окончательную редакцию в 1946 году.
   В мае того же года состоялась премьера водевиля в Московском театре сатиры. В спектакле были заняты талантливые советские комедийные актеры. Профессора Дудкина играл Ф.Н.Курихин, жену профессора - Н.И.Слонова, Миусова - Д.А.Реутов.
   Главную роль Зайцева исполнял П.Н.Поль, который, по свидетельству газет, "создал запоминающийся и поистине трогательный образ скромного человека, готового одолеть любые трудности во имя дела"*. Сатирик Г.Рыклин отмечал как главную заслугу автора пьесы то, что "он не пошел по проторенным комедийным дорожкам", а открыл в жизни новые образы, новые ситуации для своей комедии-шутки. Спектакль в целом Г.Рыклин расценил как "успех Театра сатиры"**.
   ______________
   * "Вечерняя Москва", 24 июня 1946 г.
   ** "Труд", 12 июля 1946 г.
   Пьеса "День отдыха" обошла театры многих областных и республиканских городов в нашей стране и перекочевала на зарубежную сцену. Она шла во многих европейских театрах, в том числе Англии, Бельгии, Швейцарии. В Париже этот спектакль прошел свыше 500 раз подряд. По сообщениям прессы, летом 1966 года "на Больших бульварах, в театре "Нувоте", весь сезон с успехом шла пьеса В.Катаева "Я хочу видеть Миусова" в постановке Жака Фабри. Этот спектакль, как и "Идиот" по Достоевскому, который ставил в театре "Атенэ" Барсак, остается и на следующий сезон - явление не столь уж частое в Париже"*.
   ______________
   * "Правда", 6 августа 1966 г.
   Через десять лет после первой постановки пьесы "День отдыха" на театральной сцене она с успехом появилась на экранах страны в виде цветной кинокомедии "Безумный день". Сообщение о начале съемок в студии "Мосфильм" было дано в "Вечерней Москве" 26 апреля 1955 года. Премьера кинокомедии по сценарию Валентина Катаева состоялась в июле 1956 года.
   Роль Зайцева исполнял народный артист СССР Игорь Ильинский, и, как отмечала пресса, "талантливый комедийный актер и на этот раз, после долгой разлуки с кинематографом, сумел показать свое мастерство. Образ, созданный им, не похож на отрицательных комедийных героев, которых он играл прежде в кино. В "Безумном дне" его герой отличается мягкостью, большой человечностью, простотой и добродушием, трогательной любовью к своему труду, хорошим здоровым юмором"*.
   ______________
   * "Вечерняя Москва", 11 июля 1956 г.
   В остальных ролях снимались народные артисты РСФСР С.Бирман (врач дома отдыха), Р.Плятт (профессор Дудкин), В.Володин (швейцар), И.Зарубина (супруга Дудкина), В.Бендина (жена Зайцева); заслуженные артисты С.Мартинсон (Миусов), А.Георгиевская (сестра-хозяйка дома отдыха) и др. Музыку для кинокомедии написал композитор Никита Богословский.
   Пьеса "День отдыха" вышла отдельным изданием в библиотечке "Крокодила" (изд-во "Правда", 1947). Включена была автором в сборник "Пьесы" ("Советский писатель", 1955), а также в последний том пятитомного собрания сочинений В.Катаева (Гослитиздат, М. 1957).
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 00:31

La troupe « Je-dis théâtre » vous présente son nouveau spectacle : un vaudeville à la russe.

Alors si vous souhaitez passer une soirée rythmée et riche en rebondissements, quiproquos, situations insolites,

la troupe vous donne rendez-vous les 19, 20, 21 et 22 janvier 2012 pour une soirée de rires garantis.

 

jeveuxvoirmioussov-internet.jpg

 

 

"Quiconque s'est reposé aux Tournesols ne peut plus se reposer ailleurs ! "

 

Forte de cette devise, Vera Karpovna dirige de main de maître la célèbre maison de repos les Tournesols !

Zaïtsev, fonctionnaire scrupuleux, s'y rend pour obtenir la signature de M. Mioussov sur un bon de commande de peinture. Mais ici, seuls les célébrités et hauts fonctionnaires sont accueillis. Comment peut-il obtenir sa signature ? Zaïtsev ne se doute pas que le simple subterfuge dont il va user, va le précipiter dans un engrenage où quiproquos et imbroglios s'enchaînent dans un rythme effréné… pour notre plus grand plaisir de spectateur

 

37 avenue de la ferrière
44700 Orvault

Infos pratiques :

Plein tarif : 8€ , Tarif spécial : 5 € pour les -12 ans
Renseignements et réservation
Tel : 02.40.93.89.23

 

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 16:26

COMPAGNIE DU SONGE

Théâtre

 

cie-du-songe-Moliere.jpg

 

LES TROIS JOURS DE MOLIERE

 

D’après La Vie de Monsieur de Molière de Mikhaïl Boulgakov

 

 

© Editions Robert Laffont collection Bouquins

 

 

Mise en scène Marie Pierre Hornn
Avec Claude Kagan Scénographie: Philippe Ragot
Lumière: Arnaud Guillossou

Coproduction théâtre du Champs de Bataille Théâtre de L'Ecluse

 

boulgakov1

 

 

Boulgakov se transporte à travers les siècles jusqu'à Paris, de scène en scène, l'auteur revit les moments les plus intenses de la vie de Molière: sa naissance, le conflit avec son père, et ainsi de suite. Découvrir Molière autrement qu'à travers ses pièces, aller à la rencontre d'un auteur dramatique confronté à l'incompréhension et à la censure de son époque.

 

Représentations :

 

les 17 et 18 janvier 2013 à 20h30     /  séance scolaire le 17/01 en après midi

 

Salle Vasse à Nantes

 

 

8-12 €
06 24 10 97 01

 

Plus d'info sur l'article de l'année dernière

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 01:07

La Mouette

Anton Tchekhov


« En russe, le mot tchaîka – la mouette – contient le verbe tchaït’ – espérer vaguement. La mouette, c’est l’illusion, la déception, l’essor, la désillusion » Françoise Morvan et André Markowicz, traducteurs de Tchekhov.

 

Fin du xixe siècle en Russie. Konstantin, un jeune auteur, s’oppose à l’académisme de Trigorine, écrivain reconnu et amant de sa mère , la célèbre actrice Arkadina. Konstantin est épris de Nina, la mouette du titre, jeune fille sensible qui rêve d’évasion, mais celle-ci se laisse séduire par Trigorine… Avant tout, c’est elle, « la mouette », l’innocente et idéaliste aspirante actrice, qui capte le regard.


 

La-mouette.jpg

 

Nicole Garcia en héroïne tchékhovienne
Après les accents farcesques et colorés de La Noce (texte mis en scène, cette saison, par Vladimir Pankov), c’est une toute autre facette de l’œuvre d’Anton Tchekhov qu’investit Frédéric Bélier- Garcia avec La Mouette. Une facette qui explore les appels de la vocation artistique, les impulsions de l’amour, les contraintes et les impasses de la condition humaine...
Pour donner corps à ce monument du théâtre russe, le directeur du Nouveau Théâtre d’Angers - Centre dramatique national des Pays de la Loire a pris le chemin d’un cabaret à la fois violent et atone, baroque et ludique. « Chacun y va de son numéro, proclame- t-il. Chacun essaie d’être aimable, de faire l’aimable, tandis qu’au plus profond de lui continue d’ahaner la panique de l’existence qu’on essaie de faire taire en babillant, braillant, chantant. » Comme au sein d’un souvenir de rêve, cette Mouette iconoclaste signe le retour sur scène de Nicole Garcia.

 

Mouette-programma.jpg

Программа первого представления «Чайки» А.Чехова 17 декабря 1898 года в МХТ

 

 LE GRAND T
84, rue du Général Buat | 44000 Nantes
Tel : 02 51 88 25 25

 

Représentations
mardi 27 novembre à 20h
mercredi 28 novembre à 20h
jeudi 29 novembre à 20h audio-description
vendredi 30 novembre à 20h30
dimanche 2 décembre à 15h
lundi 3 décembre à 20h30
mardi 4 décembre à 14h
mercredi 5 décembre à 20h
- Le Grand T

Durée du spectacle
2H30 sans entracte

Tarif A

BORD DE SCÈNE à l’issue de la représentation
jeudi 29 novembre - Le Grand T

CONFÉRENCE sur Anton Tchekhov et La Mouette
Par Christine Peyronie, professeure honoraire de russe au lycée Joachim du Bellay d’Angers
Jeudi 29 novembre à 18h30
Le Grand T - Librairie

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 23:48

Reprise exceptionnelle de

 

 

"Comment j'ai mangé du chien" d'Evguéni Grishkovets  

 

commentjaimangerduchien.jpg

 

pour 9 représentations


du 06 au 22 décembre 2012


Mise en scène de Marie Pierre Hornn Jeu Claude Kagan


Au TNT rue de la Maison Rouge à Nantes les jeudis, vendredis et samedis à 19h

 

 

 

Après le succès de la première version en novembre 2010 et de la reprise en 2011 au TNT à Nantes, la Compagnie du Songe vous invite à une nouvelle soirée russe autour de l’œuvre d’Evgueni Grishkovets "Comment j’ai mangé du chien". Avec un humour décalé, une fausse maladresse et un grand art, ce conteur inimitable (qu’on compare à Buster Keaton ou à Woody Allen) retrouve le temps perdu, celui de son épique service militaire, dans la flotte russe du Pacifique, juste avant l’ère Gorbatchev. Trois années surréalistes ! Irrésistible !

 

 

Un comédien seul sur la scène avec sa démarche chaloupée nous embarque dans son histoire, son épique service militaire dans la flotte russe du Pacifique juste avant l'ère Gorbatchev.

Une histoire qui va vraiment loin, en Russie dans un coin du monde où le service de la marine dure trois ans. Où l’important est surtout de ne pas se retrouver sur l’île Rousski-Ostrov. Mais où on finit par se retrouver quand même sur Rousski-Ostrov. Où l’absurdité des règlements militaires font vite basculer le quotidien dans une espèce de rêve éveillé d’où le marin finit par sortir, au bout de trois ans, complètement transformé en une sorte d’enfant avec des yeux d’adultes et un putain de langage ordurier. Où enfin on apprendra comment on peut manger du chien.

Seul en scène le comédien fait une lecture incarnée et vivante de ce morceau de bravoure qui révèle le génie comique d’Evgueni Grichkovets tant il fait rire l'auditoire avec cette manière inimitable qu’ont les russes pour transformer la réalité la plus noire en un tableau absurdement drôle. Avec un humour décalé, une fausse maladresse et un grand art, ce conteur - qu'on compare à Buster Keaton ou à Woody Allen - retrouve le temps perdu, celui de son épique service militaire dans la flotte russe du Pacifique juste avant l'ère Gorbatchev. Trois années surréalistes qu'il commente à la manière d'un touriste qui superpose ses impressions aux images d'un guide de voyage.

 

 

Tous les jours : tarif plein 13 €, réduit 9 € (sauf soirées spéciales)
Soirs de première : 6 € pour tous

Tarifs réduits : scolaires, Carte étudiant, demandeur d'emploi,
bénéficiaire du RSA, Carte S, Carte Cezam, Carte Loisirs,
Carte Nantes Pass, Carte CCP, Carte famille nombreuse,
Carte adhérent TNT, groupe (à partir de 10 personnes)

 


Réservations : 02 40 12 12 28

 

 

P.S. Je peux vous prêter le texte en français de ce recit.

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 22:45

LES TROIS JOURS DE MOLIERE

d’après "La Vie de Monsieur de Molière"
de Mikhaïl Boulgakov

 

 

Moliere2

 

© Editions Robert Laffont collection Bouquins

Mise en scène Marie Pierre Hornn
Avec Claude Kagan Scénographie: Philippe Ragot
Lumière: Arnaud Guillossou

Coproduction théâtre du Champs de Bataille Théâtre de L'Ecluse

 

boulgakov6.gif

 

 

 

 

 

Résumé


Un homme écrit à sa table, sous la lampe les feuillets manuscrits s’entassent. Cet homme, c’est Boulgakov, il porte un gros manteau et des gants, pour lutter contre le froid mais n’y prête pas attention. Il parle, d’abord de lui, puis de Molière, il en parle d’abord à la troisième personne, puis il se lève, et dit « Je », il enlève son manteau, enfonce un bonnet sur sa tête, il se retourne c’est Molière. Il fait les cent pas dans sa chambre, il écoute en bas les voix d’Armande, sa femme plus jeune que lui, parfois infidèle… et la voix de son ami Baron, le comédien qu’il fit entrer tout enfant dans sa troupe, après l’avoir trouvé dissimulé à l’intérieur d’un clavecin… Tous les souvenirs remontent aujourd’hui… Il se sent mal et ce soir il doit justement jouer Le Malade Imaginaire... En un moment il revit toutes les circonstances de sa vie… Celles qui l’ont menées jusqu’à aujourd’hui.

 

 

boulgakov2.gif     boulgakov1.jpg

 

Boulgakov se transporte à travers les siècles jusqu’à Paris, jour de la naissance de Molière où il rencontre sa nourrice pour lui enjoindre de prendre le plus grand soin du petit Poquelin, Puis Molière à vingt ans, il explique au père Poquelin, qu’il ne sera jamais tapissier mais comédien. Et ainsi de suite, de scène en scène, Boulgakov revit les moments les plus intenses de la vie de Molière. Revivant, à travers lui, ses rencontres avec Louis XIV comme autant d’écho à la rencontre qu’il n’aura jamais avec Staline. Se transformant au fur et à mesure en Molière lui-même, jusqu’au jour de sa mort où confusément gagné par le personnage du Malade Imaginaire qu’il interprète au théâtre, il se transforme à son tour en Argan vieil hypocondre grotesque. Après sa mort, le narrateur redevient lui-même, un écrivain qui ne peut s’empêcher de comparer la silhouette de la statue en bronze de Molière qui incarne pour l’éternité son génie tandis que les circonstances tragiques de son enterrement marquent le mépris de ses contemporains à son endroit.

 

DOSSIER BOULGAKOV

 

Durée 1h20
Tout public à partir de 10 ans

 

Représentations :


le 15 décembre 2012 a 19h30 au CIT de Saint Sébastien sur Loire

 

les 17 et 18 janvier 2013 à 20h30 Salle Vasse à Nanates

scolaire le 17 en après midi

 

Tarifs CIT 7 et 5 euros

Tarifs Salle Vasse 8 et 12 euros

 

Réservation : 0624109701

Привет !

  • : Le Russe au-delà des mots
  • Le Russe au-delà des mots
  • : Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à la culture et à la langue russes. Je vous propose les informations culturelles pour vivre "russe" à Nantes, dans sa région ou ailleurs.
  • Contact

Rechercher